Dossier cellulite : Interview de Véronique, experte anti-cellulite

Dossier 1 : Massage anti-cellulite Le Touquet

Et oui ! Le printemps est arrivé, les jours rallongent ! Même si le soleil et la chaleur ne sont pas encore au rendez-vous dans notre belle région… Ne vous y détrompez pas ! L’été arrive à grand pas !

Qui dit été, dit : soleil, jupe, plage et bikini ! Malheureusement, nous les femmes, nous avons un ennemi commun difficile à cacher en jupe et maillot de bain … LA CELLULITE ! 🙁 

A cette époque et comme tous les ans, les magazines vantent les mérites de la dernière crème miracle à la mode qui réduira votre cellulite à 100% et vous montre les exercices à faire pour l’éliminer. Mais, est-ce vraiment efficace et suffisant ? Qu’en pensez-vous ?​

cellulite Le Touquet - Véronique Experte Anti-Cellulite

Interview de Véronique Experte Anti-Cellulite

Afin de répondre à ces questions, je suis allée à la rencontre d’une spécialiste : Véronique McAleer de Saint-Maur (94). De formation plutôt littéraire, Véronique s’est reconvertie dans le massage en 2004 aux Etats-Unis. Elle a ouvert un cabinet d’Endermologie et suivi une formation en école de massothérapie, (activité réglementée comme profession de santé aux Etats-Unis). Puis, Véronique a obtenu son diplôme en mars 2006. Revenue en France, elle exerce comme praticienne en massages bien-être depuis janvier 2014. Elle pratique le massage de relaxation de type suédois/californien ainsi que le massage minceur et anti-capitons manuel.

Bonjour Véronique, qu’est-ce que l’Endermologie et pouvez-vous nous parler de votre expérience ?

« Bonjour Noémie, l’Endermologie est une technique de palper-rouler mécanisée mise au point en France. Après l’achat d’une machine Cellu M6 auprès de LPG Systems et après un bref cours théorique sur la peau et les tissus adipeux, j’ai suivi la formation courte, sur deux jours, qui prépare les techniciens au maniement de la machine pour le protocole anti-cellulite. »

Véronique a très vite ressenti le besoin d’approfondir ses connaissances. Son but : mieux comprendre les mécanismes physiologiques en jeu et mieux adapter les protocoles aux différents types de cellulite et aux différentes morphologies de ses clientes. Elle a donc intégré le Massachusetts Institute of Therapeutic Massage et a bénéficié des conseils d’un kinésithérapeute français. Elle s’est également documenté grâce au livret de formation en Endermologie destiné aux professionnels de la santé en France, notamment sur les protocoles thérapeutiques entrant dans le cadre de la massothérapie.

« Une fois diplômée en massothérapie, j’ai surtout continué à faire de l’Endermologie à visée esthétique (cellulite, raffermissement, amincissement, post-liposuccion) mais j’ai indubitablement amélioré et mieux ciblé ma technique. J’ai aussi pu utiliser l’Endermologie pour des applications plus thérapeutiques comme le drainage lymphatique, le massage post-opératoire et le traitement du tissu cicatriciel. »

Aux Etats-Unis, vous avez travaillé avec les machines Cellu M6. Aujourd’hui, vous travaillez uniquement en massages manuels. Quelle différence peut-on noter entre les deux traitements de la cellulite ?

« La technique de base est la même : c’est principalement du palper-rouler. Pour la plupart des cellulites sur des femmes de corpulence normale à forte, je ne vois pas de différence notable entre les deux méthodes quant à leur efficacité. Je trouve que le palper-rouler manuel s’adapte plus facilement aux différentes morphologies. Les têtes du Cellu M6 sont parfois trop grosses ou trop petites pour certaines zones. La méthode manuelle est aussi mieux tolérée chez les personnes sensibles. Elle permet d’y associer les bienfaits de l’aromathérapie et d’huiles végétales nourrissantes pour la peau.

En revanche, le Cellu M6 possède des modes séquentiels (vibrations). Ils sont un peu plus efficaces sur des cellulites aqueuses* et en particulier sur les personnes minces. Un de ces modes séquentiels est par ailleurs indiqué pour le relâchement cutané alors que les massages raffermissants manuels sont parfois fastidieux. Quand le relâchement cutané est important et surtout s’il est lié à l’âge, je dirige la cliente vers un kiné de mon quartier que je sais extrêmement compétent avec le CelluM6. Car il ne suffit pas d’avoir un bon outil, il s’agit de bien s’en servir. Une mauvaise utilisation peut être délétère pour les tissus.

Une de mes clientes l’année dernière alternait CelluM6 en institut et massage manuel chez moi, à raison d’une séance de chaque par semaine. A chacune de voir ce qui lui réussit ! »

Que ce soit mécanique ou manuel, à quels résultats s’attendre ?

« Il faut aussi être honnête avec les clientes : les résultats peuvent aller de spectaculaires à inexistants. Environ une personne sur dix ne remarquera que peu voire pas du tout d’amélioration… Que ce soit à la main ou à la machine.

Les personnes les moins susceptibles de réagir au traitement sont les personnes très minces et très musclées avec une cellulite particulièrement dure et fibreuse. Une de mes clientes ballerine entrait dans cette catégorie. J’ai par contre eu une agréable surprise avec une haltérophile pour laquelle je n’avais pas beaucoup d’espoir. Pour certaines, la réaction tarde à se manifester. Il leur faut une vingtaine de séances au lieu des 7 ou 8 habituellement nécessaires pour déclencher un début d’amélioration.

Il faut aussi se renseigner sur l’activité hormonale des clientes. Les bouleversements hormonaux (traitement médicamenteux ou grossesse récente) peuvent bloquer toute réaction. Il est donc inutile de faire gâcher leur argent aux clientes en commençant un forfait à un moment peu propice. Mieux vaut attendre quelques mois pour augmenter les chances d’efficacité.

De même, une séance de palper-rouler dans les 48 heures suivant un gros repas de fête sera une séance gâchée. Il faut toujours que l’organisme soit disposé à évacuer les graisses localisées mobilisées par le massage. S’il a d’autres choses à gérer comme un rééquilibrage hormonal ou la digestion, la cellulite ne sera pas sa priorité car ce n’est pas un problème vital. »

Dernière question : que pensez-vous des produits miracles anti-cellulite ?

« Je pense que l’industrie cosmétique est dans l’ensemble une vaste arnaque. J’aurais autant à dire sur les crèmes “hydratantes” et crèmes anti-rides que sur les crèmes anti-cellulite. Quand on me demande si je conseillerais une lotion ou marque particulière, je réponds que… Le seul ingrédient actif dans les crèmes anti-cellulite, c’est l’huile de coude ! C’est bien pour ça que sur la notice, il est toujours précisé d’appliquer le produit par des mouvements circulaires pendant plusieurs minutes. Car si résultat il y a, ce sera grâce au geste manuel, donc au massage. Le résultat peut d’ailleurs être satisfaisant chez celles qui n’avaient besoin que d’une légère stimulation de la micro-circulation sous-cutanée. Mais il le serait tout autant avec de l’huile d’olive ou de tournesol, un gant de crin ou une friction énergique sous la douche.

Ces crèmes miracles contiennent en outre des agents “hydratants”. Ces molécules hydrophiles qui attirent l’eau à la surface de l’épiderme. Elles peuvent ainsi donner un aspect lissé sur des femmes minces et mal hydratées. Les capitons paraissent alors diminués. En réalité, ils sont temporairement camouflés. Les couches supérieures de l’épiderme se gonflent d’eau : on comble les creux, on ne diminue pas les bosses. Et surtout, on ne traite pas la cause de ces creux, qui est une fibrose des tissus.

En fait, les fabricants et publicitaires font dans le demi-mensonge… Ils attribuent à telle ou telle molécule des vertus anti-cellulite ou amincissantes. Car ce qui fonctionne dans un tube à essai en laboratoire ne va pas nécessairement fonctionner en application cutanée à la maison. La peau est tout de même une barrière. Semi-perméable, certes, mais elle fait écran à la plupart des produits du commerce. Ils ne pénètreront donc jamais l’hypoderme. Si pour réduire la cellulite il suffisait d’incorporer à une crème ou un gel un ingrédient capable de dissoudre la graisse, il suffirait de se tartiner les cuisses de liquide vaisselle dégraissant, non ? (Rire!) »

Découvrez la deuxième partie du dossier en cliquant ici. ET merci à Véronique d’avoir répondu à mon interview avec franchise et d’avoir partagé avec nous son expérience !

Vous pouvez la retrouver sur son site internet ici ou la suivre sur sa page Facebook ici.

*Voir Dossier Cellulite 2ème partie.

Laissez un petit mot

Your email address will not be published. Required fields are marked *

RECEVEZ TOUTE L’ACTU :

Vous affirmez avoir pris connaissance de notre Politique de confidentialité. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment à l'aide des liens de désinscription ou en me contactant via le formulaire de contact.